image du header
image du header

le billet de Fiona Schmidt

05/04/2017

De l’amour : passe à ta voisine

 J’avais prévu d’intituler ce billet : « Girl Power ! », mais mes doigts sont restés à mi-chemin entre le paquet de biscuits et le clavier – je grignote pas, ch’est pour mon inchpirachion, scrontch scrontch. Tout le monde parle beaucoup de Girl Power en ce moment, vous avez remarqué ? Les chanteuses (poke Beyoncé), les actrices (coucou Emma Watson !), les écrivains, les sportives, les politiques, les créateurs de mode, les vegan, les non-vegan… Depuis deux saisons, le Girl Power est une tendance à suivre, au même titre que les green juices ou les jeans Mom. Et c’est formidable (le Girl Power : pour les jeans Mom, je suis plus réservée #FessesEnEscalopes). Le hic, c’est qu’à force de parler de « power », on en oublie d’évoquer la « love. » Or l’un ne va pas sans l’autre.

 Le nouveau féminisme n’est puissant que s’il est empreint d’amour, d’abord pour la personne que l’on est : c’est bien connu, on n’est jamais mieux aimé que par soi-même. Aimons-nous les jours avec et les jours sans. Acceptons d’être imparfaite, contradictoire, impatiente, toujours en retard, timide ou grande gueule, ou tout ça dans la même journée. Soyons tendres avec nos petits bourrelets, notre décolleté de fillette, nos fesses comme ci, nos hanches comme ça. Célébrons la femme derrière les défauts, que l’on distingue à peine tellement ils sont bien cachés par les qualités. Et puis aimons les femmes : pas seulement celles que l’on connaît, mais celles que l’on ne connaît pas. Les minces, les grosses, les intellos, les bimbos, celles qui nous ressemblent et celles qui ne nous ressemblent pas. Aimer, respecter et cultiver les différences, les siennes et celles des autres, c’est depuis toujours la RéLOVEution selon Princesse tam tam : une marque créée et dirigée par des femmes, pour des femmes, afin qu’elles se sentent belles et se plaisent à elles avant de plaire aux autres. Comparer moins pour aimer plus : c’est le programme du printemps 2017. Appliquons-le à la lettre.

Fiona Schmidt

 

Partager cet article :
tous les articles good vibrations